Worth - robe du soir en faille blanche brodée de paillettes mauves, violettes et or pour 1946

130 €

Tirage argentique d'époque représentant une robe du soir en faille blanche brodée de paillettes mauves, violettes et or créée par la maison Worth pour 1946.

Titre Worth - robe du soir en faille blanche brodée de paillettes mauves, violettes et or pour 1946
Description Tirage argentique en noir et blanc. Cachet de l'agence photographique Acmé et légende tapuscrite contrecollée au verso.
Etat Bon état, très légère ondulation du papier.
Dimensions 235x175 mm
Edition New-York, Acme, 1946

La légende de la photographie est la suivante : This ultra-formal evening gown derives individuality from its off-the-shoulder décolleté, which is dramatized by embroidery of mauve, purple and gold pailletes. The material is off-white faille." Lovely in rosé pink lamé. The most supple of rose pink lames is used by Worth for this formal evening gown. The shipped bodice is distinguished by its deep rounded armholes which are embroidered in ruby cabochons and beads." 

La maison Worth fut créée à Paris en 1858 par Charles Frederick Worth, un anglais qui après avoir travaillé chez des drapiers londoniens puis dans la maison parisienne Gagelin et Opigez choisit d'ouvrir une maison de couture. Le succès est rapidement au rendez-vous; l'impératrice Eugénie est une cliente de la maison et de nombreuses cours d'Europe et de riches américaines se fournissent dans la boutique du 7, rue de la Paix. On doit au couturier l'invention du défilé de mode.
A la mort du fondateur en 1895, ses fils Gaston et Jean-Philippe prennent la direction de la maison. Jean-Philippe est en charge de la création alors que Gaston s'occupe des aspects administratifs et financiers. En 1900 ils recrutent Paul Poiret dont la créativité s'accommodera mal du classicisme de la clientèle Worth. En 1922, ce sont les fils de Gaston Worth, Jean-Charles et Jacques qui reprennent les rennes de la maison. Ce sont ensuite Maurice et Roger Worth qui prendront la succession de leur père jusqu'à la vente à la maison Paquin en 1954. En 1956 la maison ferme, seules survivent les activités de parfums.

Recently viewed