La Mode 1834, réunion de 56 livraisons dont celle comprenant l'article Monsieur Balzac

270 €

Réunion de 56 livraisons de l'année 1834 sur les 57 parues. Cette revue fondée par Emile de Girardin en 1829 a eu Balzac en contributeur notamment en 1830. La livraison de décembre 1834 contient un article intitulé Monsieur Balzac constituant une charge contre cet ancien collaborateur de la revue avec lequel la direction de la Mode était alors en opposition sur la propriété d'oeuvres de Balzac publiées dans son hebdomadaire. La Mode relate également les deux procès qui lui sont intentés durant l'année pour des offenses à Louis-Philippe.

Titre La Mode 1834, réunion de 56 livraisons dont celle comprenant l'article Monsieur Balzac
Description 56 livraisons imprimées en noir reliées en 2 volumes en demi-reliure à dos richement orné. Le 1er volume contient les 13 livraisons de janvier à avril 1834 (numérotées de 1 à 343) et les 13 livraisons d'avril à juillet 1834 (numérotées de 1 à 336). Le 2ème volume contient les 13 livraisons de juillet à octobre 1834 (numérotées 1 à 326) et les 17 livraisons d'octobre 1834 au 31 décembre 1834 (numérotées de 1 à 200 puis 217 à 303). Les planches hors-texte en couleurs ainsi que la livraison du 5 décembre 1834 (201-216) n'ont pas été reliées.
Etat Bon état, légers accidents aux coins.
Dimensions 235x160 mm
Edition Paris, Au bureau du Journal, 1834

La Mode, Revue du Monde Elégant est un périodique qui parait de 1829 à 1855. La revue est créée par Emile de Girardin et Charles Mezeray en octobre 1829. La Mode est vendue en mai 1831 à Dufougerais, également propriétaire du Journal des Dames et des Modes à partir de mai 1831. Dufougerais vend la Mode en 1834 à M. Joseph Bernard Gouze qui confie la direction de la revue à Edouard Mennechet en 1834. La fille du chevalier Gouze, Marie Gouze épouse le vicomte Edouard Walsh qui devient en 1836 directeur de la revue.

Balzac collabora à la Mode notamment en 1830. La livraison de décembre 1834 contient un article intitulé Monsieur Balzac constituant une charge contre cet ancien collaborateur de la revue avec lequel la revue était alors en opposition sur la propriété d'oeuvres de Balzac publiées dans ses livraisons.

En 1830 Balzac collaborait à plusieurs revues : le voleur, la Mode, la Caricature, le Feuilleton des journaux politiques et la Silhouette.

C'est dans la Silhouette que paraît le petit essai intitulé Étude de mœurs par les gants, et dans la Mode que paraît le Traité de la Vie Elegante.

Le texte du Traité de la Vie Elégante est organisé en 3 partie: 
Première partie - Généralités
- Chapître Ier: Prolégomènes
- Chapître II: Du sentiment de la vie élégante
- Chapître III: Plan de ce traité
Deuxième partie - Principes généraux
- Chapître IV: Dogmes
Troisième partie - Des choses qui procèdent immédiatement de la personne
- Chapître V: De la toilette dans toutes ses parties

Le Traité de la Vie Elégante s'inscrit dans la Comédie Humaine dans la partie Etudes Analytiques aux côtés du Traité de la Démarche et du Traité des Excitants Modernes avec lesquels il forme les pathologies de la vie sociale. 

C'est dans les colonnes de la Mode que Chateaubriand s'oppose à Emile de Girardin, alors patron de la Presse, sur la publication des Mémoiires d'Outre Tombe sous forme de feuilleton. Chateaubriand est alors conseillé par l'avocat Mandaroux Vertamy qu'il charge dans son testament aux côtés de Louis de Chateaubriand, le duc de Levis et Hyde de Neuville de veiller à l'intégrité de ses Mémoires lors de leur impression.

 

 

Recently viewed