Abraham Bosse - Le Barbier (circa 1632-1633)

1.800 €

Rare eau-forte de beau format dessinée et gravée par Abraham Bosse intitulée Le Barbier. Parue vers 1632-1633 dans la série des métiers chez Leblond, elle représente un élégant chez son barbier. L'épreuve ne comporte pas la mention de l'éditeur Leblond dans le cartouche inférieur. 


Title Abraham Bosse - Le Barbier (circa 1632-1633)
Type Estampe
Illustrateur Bosse (Abraham)
Edition Paris, Chez Le Blond, circa 1632-1633)
Description

Une gravure à l'eau-forte tirée en noir. Rognée au cadre.

Etat Bon état, ancienne trace de pli vertical.
Dimensions 250 x 330 mm (feuille)

La légende de cette planche est la suivante:

Ceux de qui l'humeur s'accommode 
A suivre les regles du temps, 
Et porter la barbe à la mode
Ne me semblent point inconstans.
Au contraire je m imagine
Qu'il les faut louer hautement
D avoir soing de la bonne mine, 
Et d'estre tousiours proprement. 
Si lon n'a la teste lauee, 
Le poil mignonnement frisé,
Et la moustache relevee,
Des Dames lon est mesprisé. 
Il ne faut donc pas qu'on neglige
D'aiuster la Nature à l'Art ; 
Si l'un par l'autre se corrige
Affin que tous y prennent part.

Cette planche est ainsi décrite lors de l'exposition Abraham Bosse, savant graveur qui prend place à la BNF en 2004: "Au petit matin, si l'on en croit le lit encore défait, un homme se fait friser les moustaches par son barbier à l'aide d'un fer, après avoir été rasé, comme le laissent supposer le broc d'eau et le plat à barbe disposés au pied du lit. Le barbier est aidé par un jeune apprenti qui prépare et passe les différents ustensiles nécessaires à cette toilette, brosses, peignes, ciseaux et les fers à friser mis à chauffer dans un petit réchaud posé sur la table. Le tableau accroché sur le mur à droite de l'estampe représente le mythe de Danaé, plus précisément l'épisode se rattachant à la rencontre amoureuse de Zeus, métamorphosé en pluie d'or, et de la princesse. La vieille nourrice de Danaé tend son tablier pour tenter de récolter une partie des pièces d'or. L'ouvre s'inspire des compositions réalisées par Titien sur ce thème, en particulier, avec quelques variantes, de celle conservée au musée du Prado. La présence de ce tableau n'est pas anodine, elle est une allusion directe aux possibles aventures amoureuses qui s'offriront à cet homme après qu'il aura été bien rasé par le barbier."

You may also like

Recently viewed